Les règlementations concernant les bruits de voisinage dans le secteur de l'immobilier à Béziers

Partager sur :
Les règlementations concernant les bruits de voisinage dans le secteur de l'immobilier à Béziers

Et non ! Ce n’est pas agréable de vivre à côté d’un bar qui ouvre jusqu’à tard dans la nuit ou encore au-dessus d’une famille trop bruyante durant la journée. Mais dirait-on que vous êtes victime de nuisances sonores venant de votre voisinage ? Et si c’est le cas, comment devez-vous réagir pour vous en protéger ? Les réponses tout de suite dans le secteur de l’immobilier à Béziers.

Qu’est-ce qu’une nuisance sonore ?
Encore appelé bruit du voisinage, une nuisance sonore survient lorsqu’un son est provoqué à répétition, de manière intensive et sur une longue durée dans votre quartier et dans votre immeuble. Lorsqu’il a lieu entre 22h et 7h, sans raison valable et une autorisation en faisant foi, il s’agit tout naturellement de tapage nocturne. La nuisance peut  gêner votre quiétude et vos occupations quotidiennes, et peut même vous provoquer des problèmes de santé. Dans ce cas, il vous faudra réagir pour les faire taire.

Comment faire taire un bruit de voisinage ?
Le premier geste à faire est d’informer le responsable du méfait qu’il est en train de provoquer. Rendez-vous à sa porte pour lui parler de vive voix et lui demander de réduire, voire d'arrêter les bruits. S’il n’émet aucune réaction positive en réponse à votre initiative, envoyez-lui un courrier avec un avis de réception lui intimant le même changement de comportement. S’il persiste dans ses retranchements, faites intervenir un service de médiation comme le syndic de la copropriété.

Si ces trois initiatives ne portent pas leurs fruits, vous serez autorisé à appeler la police ou la gendarmerie qui viendra constater de la présence de nuisances. Un constat de leur part pourra servir de pièce justificative pour une plainte à porter contre l’individu incriminé.

Si, malgré la plainte à son encore, ce dernier ne réagit toujours pas, son sort reviendra au juge du tribunal d’instance. Accompagnez le dossier par la missive initialement envoyée à la personne incriminée, le constat  établi par les forces de l’ordre, les témoignages de voisins ou encore un certificat médical en conséquence des bruits.